Business et climat : réconcilier l'impossible ? (1/3)

ENQUÊTE (1/3) « Les alumni font leur révolution » 🎓

Il y a d’abord une prise de conscience. Énorme. Une quinzaine d’ouvrages plus ou moins catastrophistes engloutis à la pelle et des heures de questionnements devant des documentaires Youtube ou en terrasse, lorsque c’était encore possible. Depuis, ils sont des dizaines chez eux, que dis-je, des centaines à se retrouver sur slack, zoom, whatsapp pour refaire le monde. Et force est de constater que la pierre angulaire de leur révolution à eux, commence par leurs écoles.

François Taddei
Merci à
Coralie Custos Quatreville (avec EWAG Média positif)
Écrit par
Coralie Custos Quatreville (avec EWAG Média positif)

Le manifeste

On se souvient d’un premier manifeste qui tombe en 2018. On est alors en septembre, c’est pile la rentrée des classes et plusieurs étudiants s’insurgent de la passivité des institutions face à la question climatique. On parle déjà de réveiller l’enseignement supérieur et d’une nécessaire mobilisation. Sauf que voilà, ce ne sont que des étudiants en besace et jeans qui lèvent le poing et crient à l’imposture. L’appel est entendu, 30 000 signatures, des plateaux, des médias qui passent le micro et l’affaire qui fait grand bruit se tasse comme toutes les autres. Et puis, deux ans plus tard, après la déflagration sanitaire née à Wuhan, d’autres profils, jusqu’ici silencieux, s'indignent. 

À commencer par Lou Welgryn, 26 ans et cofondatrice du mouvement ESSEC transition alumni, dubitative face au contexte de crise. “ Je me suis rendue compte que nous n’étions pas du tout préparés à affronter le monde dans lequel on vit. Malgré la renommée de notre école, nous manquons cruellement d’éclairages pour affronter les enjeux déjà présents.” Ce constat, elle le partage avec d’autres anciens… mais pas forcément des mêmes écoles. Pour Marie-Céline Piednoir, 28 ans et diplômée de l’EDHEC Business School, le constat est similaire. “Je ne me rappelle pas avoir abordé la question de l’environnement et du réchauffement climatique en cours. Aucun des syllabus ne nous alertait sur les défis déjà présents ou sur les défis que notre société de consommation allait continuer à créer. On nous formait même à des métiers ou des secteurs qui justement nourrissent cette société de consommation."  Pour Pierre Peyretou, 33 ans, diplômé de l’ESCP Europe, la question est bien plus vaste, bien plus complexe. “On ne nous a ni formé aux fondamentaux physiques et biologiques, ni appris à réfléchir de manière systémique. Il a fallu se former en autodidacte et sur le terrain. Or, la problématique que nous rencontrons aujourd’hui, c’est le manque crucial de temps et l’absence de modes d’emploi. L'enseignement supérieur doit jouer ce rôle”

Entrer en résonance et se mettre autour d’une table (pour l’instant) virtuelle

Alors à la question, “comment tout commence”, Antoine Vergnaud, 28 ans, cofondateur du mouvement alumni EDHEC en transition, nous répond “les choses se sont un peu faites par hasard. En 2019, l’EDHEC a accepté d’organiser des fresques du climat. En tant que formateur, je me suis demandé comment on pouvait aller plus loin et j’ai laissé un message sur le mur de ma promo. En quelques heures, j’ai eu des réponses, notamment celles de Julien et Thomas qui travaillaient d’ores et déjà sur des sujets similaires. Le train était déjà en marche.” Pour Thomas Goellner, qui justement a rejoint le mouvement, le sujet tombe à point nommé. “Après mon école, j’ai fait comme beaucoup de personnes diplômées, je suis rentré dans le tourbillon de la “start-up nation”. Et puis, à un moment donné, je me suis interrogé sur notre impact environnemental et voyant qu’on était pas très bien en phase, j’ai commencé à me poser des questions, à me renseigner et c’est comme cela que j’ai mis le doigt dans un engrenage. C’est comme cela que tout est né.” Une initiative saluée par Antonin Khosrovaninejad, 23 ans, cofondateur du mouvement étudiant sur le point d’être diplômé de l’EDHEC. “En tant que futur alumni, je suis rassuré de voir que la question intéresse à la fois des anciens comme Thomas et Antoine qui ont moins de trente ans comme des figures plus expérimentées qui avoisinent les 50 ans. On se rend bien compte que nous sommes tous novices sur ces sujets et cela prouve bien qu’il y a un hic, un manque à gagner dans notre formation.” 

« On ne m'a pas appris à réfléchir de manière systémique. Il a fallu se former en autodidacte et sur le terrain. » Pierre Peyretou

Repartir du b.a.-ba et réinjecter du systémique dans les programmes

Prendre en compte la question environnementale et la poser sur la table, c’est une chose. Réussir à former des étudiants sur les enjeux systémiques en est une autre. “Je pense que lorsque je suis sorti de l’école, je n’appréhendais même pas l’idée de système, ce qui est totalement problématique. C’est un peu comme si ma grille de lecture du monde était limitée aux seuls sujets qu’on nous enseigne et donc je n’avais pas le bon logiciel pour me permettre d’identifier les problèmes de société” raconte Thomas Goellner. Marie-Céline Piednoir regrette quant à elle l’importance des dogmes et le manque d’esprit critique. “J’ai le souvenir de cours intéressants. La seule chose c’est que peu d’entre eux remettent les théories en perspective. Il y a un manque de contextualisation qui nous empêche de relever la pertinence des théories et leur applicabilité dans le monde d’aujourd’hui.”

Pour Lou Welgryn, la problématique de départ réside dans le manque d’interdisciplinarité et l’oubli des sciences. “S’il fallait reprendre du début, je crois qu’il serait bon de réapprendre les bases. À commencer par la physique. Ce n’est pas normal qu’un étudiant sorti d’école, ne soit pas sensibilisé au moins pendant 1H au cycle de vie d’un produit.” Un constat partagé par Antoine Vergnaud qui s’insurge devant les lacunes des élèves. “Il ne s’agit pas de demander à une école de commerce de devenir une école d’ingénieur mais simplement d’introduire l’idée de cause à effet. Nous sommes dans un système fermé et donc interdépendant et ça, honnêtement, ils sont peu à nous le dire.” Au tour de Lou d’ajouter : “d’années en années les modèles économiques étudiés n’évoluent pas ou très peu. Vu l’urgence de réinventer un modèle de société durable, il est peut-être temps d’enseigner d’autres courants de pensées économiques et d’arrêter de faire une fixette sur le libre-échange.” 

« Les étudiants manquent cruellement d’éclairages pour affronter les enjeux déjà présents. » Lou Welgryn

Se confronter aux antagonismes de l’économie réelle

Repartir du b.a.-ba revient donc à interroger la méthode, à se pencher sur le contenu des cours et sur la portée des programmes pédagogiques. “Il y a d’ores et déjà eu des tentatives. Mais force est de constater que ça ne suffit pas. Je pense qu’il y a beaucoup de professeurs qui voudraient faire mais qui se retrouvent aussi dans l’incompréhension face au “quoi faire?” explique Antoine Vergnaud. Et c’est bien toute la problématique sur laquelle s’est posée Pierre Peyretou avec Aurélien Acquier, professeur et doyen associé pour le développement durable à l’ESCP Business School : “Aujourd’hui, les étudiants comme les professeurs font face à de nombreux antagonismes quand il s'agit d'aborder les questions de business et de climat. Ils ont en tête une logique d’augmentation des volumes de production qui ne coïncide pas avec les impératifs de réduction de l’empreinte carbone. Pour mettre le tout en perspective, nous voulions proposer une maquette pédagogique qui mixe plusieurs disciplines, interroge les étudiants, suscite leur curiosité. On a construit un cours sur 30H intitulé “Energy : Business, Climate & Geopolitics” et nous sommes ravis que les étudiants aient répondu présents”

Pour Thomas Goellner, ce sont aussi les interventions extérieures comme celle de l’enseignant alumni qui feront la différence durant les études. “On ne pourra jamais se passer de l’apprentissage des ordres de grandeur. On ne pourra jamais se passer d’experts qui se sont confrontés au terrain et qui ont compris la logique multi-acteurs. Il faut donc qu’on ait des spécialistes qui interviennent pour compléter les cours des enseignants. En business school, former à l’impact positif doit passer par l’interrogation de nouveaux concepts où la finalité n’est pas toujours le marché et l’argent.” 

« Beaucoup de professeurs voudraient faire mais se retrouvent dans l’incompréhension face au “quoi faire ?”» Antoine Vergnaud

Revoir les critères de classement à l’aune de l’indicateur environnemental

Partout, les groupes de réflexions d’anciens élèves sont actifs et depuis plusieurs mois les relations avec l’école sont déjà entamées. “La direction de l’école a accueilli bien volontiers nos propositions. Je pense qu’ils savent qu’en tant qu’alumni, nous pouvons contribuer et aider l’école à se transformer. Il s’agit désormais d’entamer des revirements stratégiques et on est heureux d’être très régulièrement consultés ” déclare Lou Welgryn, cofondatrice d’ESSEC Transition alumni. Slack en ligne, zoom thématiques et même un forum des métiers de la transition avec 1500 inscriptions en décembre 2020, le sujet intéresse les étudiants comme les professionnels déjà en fonction. “Je savais que ma génération et mes amis de promo commençaient de plus en plus à se soucier des enjeux écologiques et je suis ravie de voir que certains ont pris le temps de créer ce mouvement. J'ai hâte de voir comment les choses vont évoluer!” affirme Marie-Céline Piednoir.  Devenir un acteur de poids au sein des écoles, prendre part à la redéfinition du projet pédagogique pour contribuer à la construction des cursus est le vœu commun de tous ces alumnis. “ Nous sommes encore en phase de structuration de notre côté mais l’énergie du réseau fait beaucoup de bien” souligne Thomas Goellner, qui voit cette fédération d’acteurs comme le moyen de décupler leur capacité d'influence et donc leur impact. 

Pour Lou Welgryn, Apolline Boulaire, Clément Pairot, Charlotte Martinez,  Ines Pitavy, tous cofondateurs, plusieurs chantiers stratégiques sont déjà en réflexion accélérée. “Nous sommes tous persuadés que les performances économiques des entreprises doivent être conditionnées aux performances écologiques et sociales”. Or, aujourd’hui, aucun classement ne prend en compte la notation environnementale pour hiérarchiser les écoles alors que c’est indispensable. La mobilité étudiante liées aux échanges et stages à l’étranger est par exemple une des plus grande source d’émission des écoles de commerce. Une des missions à laquelle nous essayons de réfléchir avec l’école est de proposer des échanges et des voyages qui font tout autant rêver tout en promouvant une mobilité bas carbone. Nous devons réapprendre à voyager autrement mais c’est aussi une chance unique de redéfinir l’expérience du voyage, et de manière plus globale notre rapport au temps, à la vie en général.” déclare Lou Welgryn. “Dans un monde limité, nous devons nous limiter. C’est dur à entendre, mais il est grand temps de l’écouter.” 

« Il faut remettre du sens dans nos priorités et nous interroger sur ce qu'on entend par le mot réussite. » Thomas Goellner

Donner envie de se projeter dans le monde d’aujourd’hui

Dans un contexte de malaise et de mal-être globalisé, avec les conséquences que la crise géo-sanitaire vont générer, pas certain que ces signaux forts passent directement au vert. La preuve étant, l’état de consternation et les premières désillusions qui s’opèrent. “A 20 ans, c’est difficile de savoir où l’on veut aller, quel métier on veut faire. On vous vend l’idée qu’une grande école pourra ouvrir toutes les portes et qu’une formation comme la nôtre est le graal sur le marché du travail. Maintenant que j’y pense, je n’en suis pas certain.  Je ne suis pas en train de remettre en question les opportunités qui sont toujours possibles, ce que je remets en cause, ce sont les perspectives du dehors qui ne font plus rêver. Il est temps de nous aider à y voir plus clair” explique Antonin Khosrovaninejad. Thomas Goellner, en ainé, vit malgré les années d’écart, la même situation. “Je pense que je suis sorti de l'école avec beaucoup d’illusions car je vivais moi-même dans un monde fait plein d’illusions. Aujourd’hui, l’idée c’est de responsabiliser ceux qui arrivent pour ne pas qu’ils perdent eux-même du temps. Il faut remettre du sens dans nos priorités, nous interroger sur ce qu’on entend par le mot “réussite” et puis surtout, il faut leur donner envie de passer à l'action.”

Pour Antoine Vergnaud, qui s’est battu trois ans pour faire bouger les lignes au sein de son entreprise, la crise climatique peut être aussi vue comme une opportunité. “Nous sommes tous animés par l’envie d’être utile et si nous avons bien conscience d’une chose, c’est le monde inégalitaire dans lequel on vit. Penser autrement, ou être forcé à penser autrement est peut-être l’occasion unique de changer de modèle de société.” Un point de vue partagé par Pierre Peyretou qui constate une demande importante de formation et de guidage des étudiants sur ces enjeux. “ Nous devons nous interroger sur le récit avec lequel on embarque les nouvelles générations. Peut-être qu’il ne s’agit pas simplement de leur dire qu’il faut résoudre des problèmes mais bien de leur donner une boîte à outils pour créer un avenir porteur d'espoir dans un monde différent d'aujourd'hui. Enseigner, ce n’est pas simplement faire du contenu. Enseigner, c'est rappeler les faits, déconstruire des croyances et proposer aux élèves un débat sur leur rôle à jouer dans la société en tant que futurs dirigeants.” 

«Il est temps que les écoles mettent en lumière les autres voies possibles » Antonin Khosrovaninejad

Un point sur lequel Marie-Céline Piednoir insiste lorsqu’elle raconte ses premières années dans la vie professionnelle. “J’ai démissionné à cause de ma conscience et d’une frustration répétée. Même si les multinationales dans lesquelles j’ai été ont été des  expériences formidables, je ne me sentais pas complètement alignée. Il fallait que je me nourrisse de projets sur le terrain et qui ont un impact positif direct" Lou Welgryn se souvient d’ailleurs d’une rencontre marquante avec Jean Moreau lors d’une conférence à l’école. "Phénix était encore une entreprise naissante mais je me rappelle encore de l’énergie que le fondateur avait devant nous. Ça changeait tellement de ce qu’on avait l’habitude de voir. C’est pour cela qu’on a voulu faciliter la découverte de nouveaux métiers et entreprises inspirantes et qu’on continuera de le mettre dans nos priorités.” Antonin Khosrovaninejad, qui finit son semestre en ligne avec la Suède, est en passe de rentrer sur le marché du travail. “Si je fais le bilan de mes années, ce dont je me souviendrais le plus, ce sont des séminaires organisés par l’école. Parce qu’à ce moment-là, on arrivait enfin à s’identifier aux intervenants inspirants. A ce moment-là, on avait enfin l’impression de parler du concret. Il est temps que les écoles mettent en lumière les autres voies possibles.”

in:Expeditions est le studio de production spécialiste de l'apprentissage en temps réel.
Recevez nos éclairages et découvrez
le monde sous un nouvel angle
Houra ! Vous êtes inscrit. =)
Chez in:Expeditions, nous nous engageons à respecter vos données personnelles. Les informations confiées ne font l’objet d’aucun usage en dehors de notre plateforme et aucune de vos informations privées n'est partagé à nos partenaires. Vous pouvez à tout moment modifier vos préférences.
Oops ! Quelque chose cloche. Vérifiez vos informations.

Lire d'autres articles :

Classement vs environnement : qui prendra la première place ? (2/3)
Classement vs environnement : qui prendra la première place ? (2/3)
Comment réparer le vivant ? (2/2)
Comment réparer le vivant ? (2/2)
Penser l’école avec Najat Vallaud-Belkacem et François Taddei (1/3)
Penser l’école avec Najat Vallaud-Belkacem et François Taddei (1/3)
Nous n'avons jamais été aussi proches
Houra ! Vous êtes inscrit. =)
Chez in:Expeditions, nous nous engageons à respecter vos données personnelles. Les informations confiées ne font l’objet d’aucun usage en dehors de notre plateforme et aucune de vos informations privées n'est partagé à nos partenaires. Vous pouvez à tout moment modifier vos préférences.
Oops ! Quelque chose cloche. Vérifiez vos informations.